FFCT-Centre-Val de Loire
Avec la FFCT, le cyclotourisme dans la région Centre-Val de Loire

mercredi 10 mars 2010, par LACROIX Jacques


Discrètement mais douillettement calé entre Berry, Bourbonnais et Nivernais, voilà un petit coin de France bien conçu pour satisfaire aux attentes des amoureux de la nature, à ceux qui fuient l’excitation des foules, la pollution mécanique des sociétés modernes, le consumérisme édicté en règle absolue. Le randonneur, en général, le cyclotouriste en particulier, se plaît à imaginer que ce pays est le sien. Il peut y concevoir une grande variété de randonnées, chacune orientée vers la découverte de sites remarquables, toutes bonifiées à la fois par un profil doucement vallonné, un environnement tantôt bocager, tantôt forestier. Bonheur suprême : toutes les routes qu’il empruntera sont merveilleusement calmes, largement dénuées de circulation automobile.

Supposons que notre ami a choisi de fixer son quartier général à la Base de Loisirs de l’étang de Goule, un lieu de résidence et d’activités conçu par le Conseil Général du Cher, particulièrement agréable par son équipement et son site lacustre. A l’origine, il s’agissait d’un étang artificiel créé par les ingénieurs des Ponts et Chaussées de Napoléon III afin d’optimiser l’alimentation en eau du canal de Berry. La rivière Auron, qui prend sa source pas bien loin et l’alimente, rejoindra le Cher à Bourges.

S’il se dirige vers le nord-est, et donc en direction de Nevers, le randonneur suivra le tracé de l’une des branches du canal de Berry qui assurait la liaison avec la Loire et son canal latéral, en desservant notamment les mines de fer et les usines métallurgiques du Val d’Aubois, à la pointe du progrès il y a deux siècles. A la Halle de Grossouvre (ancienne halle à charbon), la visite de l’Espace Métal s’impose vraiment comme les vestiges des cités ouvrières. Désormais la vallée de Germigny et ses 80 000 hectares est la terre d’élection de l’élevage. A Sancoins, le parc des Grivelles est l’un des plus importants marchés aux bestiaux d’Europe. Ravi de parcourir un itinéraire très vert, entre prairies bucoliques et grands bois à l’ombre bienfaisante, notre ami cyclo va rejoindre les rives de l’Allier à Apremont-sur-Allier, l’un des plus jolis villages de France, et site BCN  -BPF   du Cher. Outre son charme, la bourgade médiévale a connu une longue histoire pleine de rebondissements et découvrir la forteresse anglo-bourguignonne, se promener dans le parc floral est un plaisir rare. Au retour, il faudra savoir prendre son temps pour admirer la belle église de Germigny-l’Exempt, le remarquable tympan du porche de l’église de Véreaux. Et comment ne pas rêver devant la superbe forteresse médiévale de Sagonne, qui fut la propriété d’Hardouin-Mansart, l’architecte de Versailles qui y attendit, en vain, la visite du Roi-Soleil !

S’il a mis le cap à l’ouest, le randonneur se régalera tout autant d’un parcours, toujours aussi paisible, marqué par quelques belles surprises. Flirtant toujours avec le canal de Berry dont cette branche conduit vers Dun sur Auron puis Bourges, il s’étonnera devant le château médiéval de Bannegon, qui évoque le temps des chevaliers et des tournois. La traversée du grand bois de Meillant le conduira vers un nouveau site BCN  -BPF  , un véritable trésor : le château de Meillant, fleuron de la Route Jacques Cœur. Il faut visiter ce superbe palais, admirer ses décors architecturaux mêlant le gothique aux influences italiennes, mais aussi l’austérité de la façade sur douves, sans omettre le vaste parc, un écrin végétal digne de ce bijou. L’histoire de Meillant, de la famille de Béthune-Charost, des Mortemart, est éloquente et bien des visiteurs ont aimé revenir à plusieurs reprises en ces lieux toujours habités et d’autant chaleureux. Au retour, il faut apprécier à Vernais, dans une humble chapelle, l’une des plus belles fresques gothiques de France.

Quitter Goule vers le sud, c’est s’offrir un environnement sensiblement différent. Très vite, la forêt de Tronçais accueille le randonneur, avec ses hautes futaies, ses chênes quadricentenaires. Le grand Colbert, parvenant au pouvoir, s’était ému de la faiblesse de la marine de guerre dont disposait Louis XIV. Il est à l’origine de la plantation de ces somptueux chênes et « la futaie Colbert », près de Saint-Bonnet-Tronçais (site BCN  -BPF   de l’Allier) en témoigne. Elle est bien vallonnée, cette immense forêt, parsemée de fontaines et d’étangs, et c’est un plaisir infini de la parcourir de « rond » en « rond », car ainsi sont dénommés les carrefours. Quelques villages pittoresques, où l’on peut encore voir des échoppes de sabotiers, sont les jalons qui conduisent à Hérisson, nouveau site BCN  -BPF  . Là, perchées sur un éperon rocheux qui domine la jolie vallée de l’Aumance, les ruines du château fort de gré rose témoigne du passé des Bourbons. La vieille cité de Hérisson conserve les traces d’une histoire qui fut plus animée. Le charme demeure.

Un autre site BCN  -BPF   est aisément accessible à notre ami randonneur : Bourbon l’Archambault, cœur historique de l’ancienne province du Bourbonnais. Il est toujours aussi agréable de rouler entre les haies vives du bocage bourbonnais, d’épouser les ondulations d’une terre consacrée à l’élevage, de franchir nombre de petites rivières aux eaux claires, de traverser petits villages et hameaux minuscules où, hélas, la vie semble souvent s’être enfuie. Tout différent, Bourbon l’Archambault, qu’arrosent la Burge et l’Ours. Célèbre pour ses eaux depuis les Romains, la cité connut un renom universel dès le 13ème siècle. Madame de Sévigné, Madame de Montespan fréquentèrent cette ancienne capitale de la seigneurie de Bourbon. Plusieurs seigneurs du 10ème au 12ème siècle portaient le nom d’Archambault qui fut accolé à celui de la ville. Il ne reste malheureusement que 3 des 15 tours de l’imposante forteresse des Ducs de Bourbon qui fut rasée au 19ème siècle. Parmi ces trois tours survivantes, la fameuse tour Quiqu’en Grogne. L’église romane est également intéressante : ne sommes-nous pas au cœur du Bourbonnais roman où l’on peut admirer de nombreux exemples, églises, chapelles ou monastères de cette architecture sobre et inspirée, le plus souvent en pierres ocres.

Il faut rentrer au bord de l’étang de Goule en s’extasiant longtemps encore de la beauté simple et pure d’un petit coin de France paradoxalement bien proche du centre géographique de l’Hexagone.

Article précédent : Formation d’animateurs-club : stage de Chateauroux 27 et 28 mars 2010

Article suivant : CO-SNJC2012 du 15 janvier 2011

Photo gagnante du concours adultes
2017
Dernières brèves
16 mars Les newsletters de la FFCT

Connaissez-vous le site https://newsletter.ffct.org/ qui vous permettra d’accéder aux newsletters (lettres d’informations) publiées par la FFCT (...)

3 janvier Correction du modèle pdfjs

Maintenance mineure : Un bout de code affiché lors de la présentation des articles a été effacé. Ce n’était que des traces laissées par la (...)

23 décembre 2017 Lecteur de fichier pdf

Le lecteur (afficheur plutôt) de fichier pdf pdfjs a été installé (plugin) et permettra désormais de lire, si l’auteur le souhaite, les fichiers pdf en (...)

Concours photo 2016 : toutes les photos
Archives
Photos gagnantes concours précédents
2016 2015
27 mai 2018 à Pithiviers-le-Vieil : challenge du Centre.